Sous-sections

Actions européennes


MHAOTEU



Participants : Aloke Bajpai, Cédric Bastoul, Christine Eisenbeis, Paul Feautrier, Abishek Prabhat, Andry Randrianatoavina, Olivier Temam, François Thomasset, Sid Ahmed Ali Touati, Grégory Watts.

Le projet ESPRIT LTR MHAOTEU (Memory Hierarchy Analysis and Optimization Tools for the End-User) rassemble, outre l'INRIA, l'Université d'Edinburgh (Royaume-Uni), l'Université Polytechnique de Catalogne (Espagne) et l'Université de Versailles-Saint-Quentin, ainsi que Analog Devices, ex-EPC (Edinburgh Portable Compilers, UK) et l'ONERA (France). Le projet MHAOTEU vise l'étude et le développement d'outils d'analyse et d'optimisation de la hiérarchie mémoire pour les utilisateurs. Il a débuté en décembre 1997. Cette année, nous avons particulièrement travaillé sur l'analyse dynamique de la localité des données, par l'approche GRW [34] (sections 6.2.1 et 6.2.2), ainsi que sur la relation entre code source et code assembleur (section 6.1.4). Nous avons aussi étudié l'optimisation de code, par l'approche en phases, décrite dans la section 6.4.1. Ce projet se terminera en mars 2001. Dans ce cadre, Ch. Eisenbeis a passé une semaine à l'Université de Edinburgh (13 au 16 juin 2000) pour travailler sur la possibilité d'intégrer le pipeline logiciel dans l'environnement MARS, développé par Mike O'Boyle, basé sur les techniques polyédriques.

Autres collaborations

Dans le cadre d'un contrat PROCOPE (France-Allemagne), nous collaborons avec l'équipe de Christian Lengauer, de l'Université de Passau et avec Luc Bougé de l'ENSL (Ecole Normale Supérieure de Lyon) sur l'utilisation de Java pour le calcul hautes performances.

S. Lelait, ex-thésard, travaille maintenant chez Siemens (Münich) et continue à collaborer avec nous sur les structures du meeting graph [7], avec Dominique de Werra, de l'EPFL de Lausanne (Suisse) et Elena Stöhr, de l'Université de Manchester (Angleterre).

Sur la lancée du projet ESPRIT OCEANS, achevé fin 1999, nous travaillons toujours avec Mike O'Boyle, de l'Université d'Edinburgh et Peter Knijnenburg de l'Université de Leiden, Pays Bas. Dans ce cadre, nous avons accueilli en stage Arjan Salomons, de Leiden, pendant deux mois (du 1er mai au 30 juin 2000). Le but de son stage était la combinaison des techniques de pipeline logiciel avec l' ``aplatissement de boucles'' ( loop flattening), destiné à favoriser la création de boucles à grand nombre d'itérations.